Louis Lemieux incite les électeurs à voter du bon bord

Par Louise Bedard
Louis Lemieux incite les électeurs à voter du bon bord
Louis Lemieux se présente comme le candidat d'un futur parti au pouvoir. (Photo : Le Canada Français – Jessyca Viens-Gaboriau)

D’ici la fin de la campagne, Louis Lemieux, candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ), refera le tour du comté et continuera d’utiliser les réseaux sociaux pour rejoindre les électeurs de Saint-Jean.

«Quand on va être du bord du gouvernement, il me semble que ça rendra les choses plus faciles», leur fera-t-il valoir.

«Je ne dirai jamais de mal contre Dave parce qu’il est député depuis dix ans. Je ne suis pas ici pour battre quelqu’un, mais pour me faire élire», déclare-t-il faisant référence à son principal adversaire, le péquiste Dave Turcotte.

Quand M. Lemieux, ex-journaliste de Radio Canada, a accepté d’être candidat pour la Coalition avenir Québec (CAQ), il ne lui restait que trois semaines pour réussir à convaincre le plus grand nombre d’électeurs. Il prenait la relève de Stéphane Laroche écarté par le chef François Legault.

«C’était CAQ solide sur Québec 125», analyse M. Lemieux en parlant de la circonscription et des chances du parti de l’emporter.

Sa seule crainte, ce n’était pas de voir déserter les électeurs déjà acquis à son parti, mais de pouvoir rallier l’équipe de comté. Il a amené avec lui une dizaine de personnes, des amis, qui ont rejoint des militants du comté ayant décidé de poursuivre la campagne avec lui.

S’il maîtrisait déjà la plateforme du parti, le nouveau candidat devait se mettre à jour sur les dossiers locaux. Pour se faire connaître rapidement et diffuser sa position sur les enjeux, il a réalisé des petites vidéos. Dans les médias sociaux, il a créé le mot clic: #MaintenantdansStJeanCestLemieux.

Député

Le rôle de député, il le voit comme celui capable de regrouper les acteurs dans le comté. Donnant l’exemple de la création d’un pôle d’innovation, projet qui l’enthousiasme, ce n’est pas lui qui imaginera le montage financier, mais il ira cogner aux portes et rassemblera les intéressés.

Un dossier avec lequel il était déjà familier, c’est le REM. La CAQ promet son prolongement jusqu’à Chambly, à l’intersection des autoroutes 10 et 35. M. Lemieux l’identifie comme la phase 2 d’un projet qui s’arrête pour l’instant à Brossard.

«Il ne faut pas attendre que le REM soit livré en 2022. On se fait un bureau de projet dès la première année au pouvoir. En ce moment, c’est le temps de parler du montage financier qui sera en fonction du seuil de rentabilité qu’aura déterminé la Caisse de dépôt et placement», expose-t-il. Quant au contenu canadien dans le matériel roulant, M. Lemieux croit qu’on a le temps de l’exiger pour la phase 2.

Mais en attendant, la CAQ ne présente pas de mesures d’atténuation pour la congestion appréhendée sur la 10. «On ne veut pas faire de concours de celui qui pisse plus loin avec le PQ comme avec la voie réservée», répond-il. M. Lemieux est d’avis d’attendre l’entrée en fonction du REM et envisager alors les solutions de mitigation.

Hôpital

Sur la question des laboratoires à l’hôpital, M. Lemieux dit avoir parlé avec des gens de l’industrie pour qui Optilab n’est pas le problème, mais la partie de tirage de couverte qui l’a accompagnée. Il en conclut que Saint-Jean a été victime d’une chicane de clochers comme cela s’est produit ailleurs au Québec.

Il en comprend qu’il y a du bon et du mauvais avec Optilab qui apporte une plus grande centralisation des analyses. Ce qui est mauvais, c’est son application quotidienne laissant les hôpitaux dans une situation de vulnérabilité, évalue-t-il.

Il ne sait pas s’il y a des correctifs à apporter ou un virage de 180 degrés à effectuer. Une fois l’arbitrage mené provincialement, il veut s’assurer que les intérêts de Saint-Jean seront bien défendus.

Quant au projet de centre mère-enfant à l’hôpital, il aime l’idée a priori, mais il a besoin qu’on lui apporte plus d’explications. L’édifice du CHSLD Georges-Phaneuf, dans le Vieux-Saint-Jean, détient la plus haute cote de vétusté. Un gouvernement de la CAQ a-t-il prévu de l’argent pour les rénovations des CHSLD? M. Lemieux répond en parlant de la construction de maisons des aînés. Il lance l’idée d’y associer le projet local d’un village Alzheimer. Le rôle d’un député, c’est d’être capable justement d’arrimer des projets, de faire accorder les violons, fait-il valoir.

 

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Suzanne Blanchette Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Suzanne Blanchette
Invité
Suzanne Blanchette

Comme j’ai toujours fait confiance à mon sixième sens, je donne mon vote au parti pour un avenir sain et prospère. Louis est mon candidat pour mon St-Jean-sur-Richelieu. François Legault mon premier ministre pour le Québec la plus belle province dans ce magnifique pays, Le Canada.☺️💕