Le canari dans la mine

Photo de Gilles Berube
Par Gilles Berube
Le canari dans la mine
Renée Gagnon

Est-ce nécessaire de conserver la biodiversité? Pourquoi s’acharner à protéger une espèce présente en abondance ailleurs?

«Une espèce qui meurt, c’est le canari dans la mine, rétorque le Dr Pierre Dumont, chercheur retraité de Faune Québec. C’est le signe d’un habitat qui se dégrade et qui affectera d’autres espèces.»

Il prend pour exemple la perchaude, une espèce qu’il juge gravement menacée dans le lac Saint-Pierre. La perchaude est un prédateur de nombreuses espèces plus petites. Ces populations pourraient exploser. À l’inverse, la perchaude est aussi une proie du brochet et du doré, dont les populations seront inévitablement affectées. «L’équilibre est rompu». Et la dégradation de l’habitat pourrait affecter d’autres espèces.

Renée Gagnon, de CIME Haut-Richelieu, renchérit. «Chaque espèce a un rôle». Le papillon monarque se nourrit uniquement d’asclépiade. «Plus d’asclépiade, plus de monarque». Autre exemple, le rôle de pollinisateurs des abeilles. Si les populations d’abeilles déclinent, l’agriculture en sera gravement affectée, mais aussi de nombreuses espèces florales. C’est une réaction en chaîne, une chaîne où quelque part, l’homme est un maillon.

M. Dumont fait aussi le parallèle avec les espèces envahissantes. Ces dernières viennent rompre l’équilibre. La moule zébrée a considérablement affecté l’écologie des Grands Lacs. Elle a modifié l’habitat du doré jaune et entraîné son déclin. Elle a par contre favorisé les populations de canards, mais elle les a contaminés. Autant l’introduction d’une espèce peut bouleverser, autant la disparition d’une autre peut avoir le même effet.

«C’est aussi un peu une question philosophique», note M. Dumont. Il croit que la protection de la biodiversité et de la vie fait partie des valeurs d’une majorité de Québécois. Et c’est aussi une question d’équilibre psychologique. La flore et la faune contribuent à la qualité de vie. «Quand tu te promènes sur la bande du canal, c’est bon pour le moral d’apercevoir un héron».

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des