Une superbe horloge canadienne

Par Mario Wilson
Une superbe horloge canadienne
Cette horloge que j'ai pu voir dans une modeste maison du Vieux-Saint-Jean a une valeur d'environ 900$.

Rarement lors de mes évaluations d’antiquités nord-américaines il m’est arrivé de voir une horloge aussi intéressante que celle dont je vous entretiens cette semaine. 

Les horloges ontariennes de la compagnie The Arthur Pequegnat, celles dites de cheminée, se trouvent encore facilement sur le marché à des prix variant entre 150 et 350$.

Évidemment, plusieurs d’entre elles ne sont plus en très bonne condition, ce qui fait une nette différence lors de l’évaluation de la valeur marchande, comme en font foi les quelques ouvrages concernant ce type d’objets anciens.

En effet, il n’est pas rare de voir dans les catalogues de valeur marchande une série de trois colonnes classant les horloges dans trois variantes de conservation: moyenne, très bonne et parfaite.

PARIS

Cette horloge conservée dans la même famille johannaise depuis des décennies porte le nom de modèle PARIS. La signature de la compagnie située sous le chiffre 6 du cadran mentionne que la compagnie a établi sa maison mère à Berlin, en Ontario.

Or, la ville de Berlin changea son nom en Kitchener au milieu de l’année 1917, étant donné les retombées indésirables qu’entraîne le fait de porter le nom de la capitale d’un pays ennemi.

Comme la compagnie ne fonctionna qu’entre 1904 et 1941, il va de soi que la production de la première décennie demeure très recherchée.  Celle-ci a dû fermer ses portes en 1941 puisque le métal de fabrication des mouvements requérait du bronze et que les besoins militaires accaparaient toute la quantité disponible sur le marché canadien.

Bien que de nombreuses compagnies américaines aient produit des millions d’exemplaires de différents modèles, comme la New Haven, la E. Ingraham ou la Seth Thomas, les horloges de la Arthur Pequegnat Clock Company se vendent le double du prix au Canada.

Locale

Les Canadiens préfèrent une production locale plutôt que les importations, même si  l’acquisition d’une horloge américaine coûte beaucoup moins cher.  

C’est dans une maison modeste du Vieux-Saint-Jean que j’ai découvert cette superbe horloge, avec incrustation au fronton, que les revendeurs peuvent nous offrir à un prix allant jusqu’à 900$. Comme je le mentionnais plus haut, je n’avais encore jamais eu l’occasion d’examiner une telle horloge. Je fus le premier surpris de sa véritable valeur marchande après une courte recherche auprès de mes sources d’information.

Comme les poids furent remisés depuis plusieurs années (étant donné le fréquent son du carillon), le propriétaire a eu toute une surprise de savoir qu’elle devrait normalement sonner aux heures et aux demi-heures. Personnellement, je crois qu’il s’agit là d’un beau rappel, un clin d’œil musical des ancêtres qui nous remettent en mémoire qu’il fut une époque où la musique était présente dans nos maisons sans même qu’on ait besoin de lever le petit doigt pour nous la faire entendre.

Et puis, si l’horloge n’a pas sonné ni même fonctionné depuis toutes ces années, l’usure demeure donc moins importante; un jeu d’enfant lors de sa remise en marche par un horloger spécialisé!

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des