Le procès de Longpré n’a pas lieu

Par Louise Bedard
Le procès de Longpré n’a pas lieu
Trois jours d'audience pour le procès de Longpré étaient prévus la semaine prochaine.

Le procès de Richard Longpré, autrefois de Saint-Jean-sur-Richelieu, qui devait débuter le mercredi16 janvier n’aura pas lieu. Il a été reporté pour la forme au 21 mars.

Son avocat a obtenu, en décembre, la permission du tribunal de se retirer du dossier. La Cour a aussi autorisé la remise du procès. La situation sera réévaluée en mars.  

Richard Longpré fait face à 133 chefs d’accusation, essentiellement pour avoir agi à titre de courtier en valeurs à 61 reprises et d’avoir illégalement procédé à des placements à 61 occasions.

L’Autorité des marchés financiers, l’organisme gouvernemental qui encadre les intermédiaires en produits et services financiers, lui reproche également d’avoir fourni des informations fausses et trompeuses à des investisseurs à onze reprises.

L’enquête de l’AMF révèlerait qu’entre 1998 et 2009, les gestes de l’accusé auraient causé des pertes de 1 320 000$ à 33 investisseurs. Il aurait effectué des remboursements de 211 000$.

S’il est trouvé coupable, l’Autorité des marchés financiers (AMF) du Québec a déjà indiqué qu’elle réclamera une peine d’emprisonnement en plus d’amendes de 1,3 M$ à l’encontre de Richard Longpré, soupçonné d’avoir fraudé 33 de ses clients.

Longpré détenait les permis de représentant en assurance de personnes, en assurance collective et en courtage en épargne collective. Il a été radié à vie par la Chambre de la sécurité financière.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des