Sections

Une série de vols qualifiés élucidée par les policiers


Publié le 4 juillet 2017

©Tc Media- Rémy Boily

Les policiers de Saint-Jean-sur-Richelieu ont procédé à l'arrestation de trois suspects en lien avec une série de vols qualifiés dans les dépanneurs et les bars de loteries vidéo.

Ce coup de filet a permis d'élucider six dossiers. L'enquête n'est pas terminée, préviennent les autorités, si bien que les informations transmises au public sont limitées.

Les individus sont reliés jusqu'à maintenant aux trois vols commis à la station-service Survigaz, à Iberville. Ces événements ont eu lieu les 24 et 29 mai, ainsi que le 27 juin.

La serveuse Charlène Bissonnette et la gérante Véronique Côté, du Café Royal, n'avaient pas apprécié la visite des trois voleurs, le 18 mai.
Tc Media- Rémy Boily

Également, ces suspects sont les mêmes hommes masqués qui ont donné une frousse aux employées des bars l'Orchidée et Saint-James et au Café Royal. Ces vols qualifiés ont été commis respectivement les 11, 18 et 27 mai.

«Nous les avons appréhendés à la suite d'une longue enquête, où il y a eu de la surveillance et de la filature», indique le porte-parole du Service de police de Saint-Jean-sur-Richelieu, Jérémie Levesque.

Lundi, Jessi Larin-Dionne, 19 ans, Richard Beaudry, 28 ans, et Yannick Blais, 34 ans, ont comparu au palais de justice de Saint-Jean-sur-Richelieu. Ils font face à plusieurs chefs d'accusations pour vol qualifié, complot, port d'une arme à feu et déguisement dans le but de commettre un acte criminel. Ils sont tous résidents de la municipalité.

Arrestation

Le Service de police de Saint-Jean-sur-Richelieu ne dit pas comment il a retracé ces malfaiteurs. Ils n'ont pas été coincés en commettant un crime.

Il ne s'agirait pas non plus d'une information du public. Aucune image des caméras de surveillance des commerces n'avait été diffusée dans les médias.

«Nous avons arrêté deux suspects dans un véhicule, à l'intersection des rues Saint-Charles et Bouthillier, dans la nuit du 29 au 30 juin. Un autre individu a été appréhendé ensuite», se contente de préciser Jérémie Lévesque.

Les suspects ont été gardés détenus. Ils doivent revenir en cour le 5 juillet pour leur enquête sur remise en liberté.