Prendre le large: quelles sont les options?

Une chronique voyage d'Ariane Arpin Delorme

Publié le 10 décembre 2016

La mode des croisières est de retour ! Il existe maintenant des croisières pour tous les portefeuilles et tous les âges. Malgré les apparences, les croisières ne sont pas fréquentées que par les voyageurs d’âge mûr même s’ils constituent la clientèle principale. Afin de vous inspirer, voici divers types de croisières que j’ai eu la chance d’expérimenter.

Les croisières sur gros paquebot

Transportant plusieurs centaines voire milliers de voyageurs, ces croisières sont une belle façon d’avoir un aperçu de plusieurs endroits. Souvent ça nous permet de déterminer où on reviendra dans un prochain voyage.

En contrepartie, si vous aimez prendre votre temps elles peuvent être un peu frustrantes puisque vous n’aurez souvent que quelques heures pour visiter une île ou une ville portuaire.

Elles offrent une sélection inimaginable d’activités d’animation à bord (casino, spectacles, sports, parcs aquatiques, etc.). Certaines croisières ont une thématique particulière : cinéma, gastronomie (mon type préféré !), familles, etc..

Vous pouvez aussi joindre une croisière de repositionnement des navires, soit entre deux saisons touristiques, par exemple entre l’Europe et les Caraïbes, afin de profiter d’un trajet inhabituel.

Idées de voyage en paquebot : l’Antarctique, l’Alaska, les Caraïbes, les fjords de Scandinavie et la Méditerranée.

Les croisières fluviales

Il s'agit de périple en péniche ou à bord de petits navires souvent luxueux. Ces croisières permettent de faire étape dans des villes bien en vue, en Europe par exemple. Ou bien de naviguer sur des fleuves mythiques comme l’Amazone ou le Nil.

Par ailleurs, le coût en occupation simple pour les croisières fluviales (transportant une centaine de voyageurs ou un peu plus), est souvent moins élevé que les croisières à bord d’un paquebot.

Idées de voyage en petits navires ou péniches : les grands fleuves d’Europe (le Danube, la Tamise, le Rhin), le fleuve Amazone au Brésil, le Nil vers les pyramides en Égypte, les îles Galápagos en Équateur et le Bou El Mogdad sur le fleuve Sénégal.

En cargo

Si vous avez envie de traverser l’océan à moindre coût, je vous conseille d’embarquer sur un cargo, tout aussi sûrs que les autres types de bateaux (quoique peut-être pas aussi confortable) et n’exigeant généralement pas de supplément simple.

8 règles d’or pour voyager en cargo

1.   Le nombre de places disponibles est souvent restreint.

2.   Soyez prêt à vous divertir par vous-même. Il n'y a pas d’activités proposées à bord (à l’exception de l’exercice de sécurité en cas de naufrage !)

3.   Allez-y pendant que vous avez la forme. Il n’y a pas de médecins à bord et beaucoup d'escaliers à monter !

4.   Vérifiez que votre assurance voyage couvre ce genre de déplacement.

5.   Soyez flexible. Les horaires changent fréquemment. Vous devrez peut-être prendre deux ou trois navires différents avant d’atteindre votre destination.

6.   Réservez à l'avance. Les cabines sont limitées et les itinéraires les plus populaires peuvent être vendus des mois à l'avance.

7.   Ne pensez pas travailler en échange de votre passage. La plupart des règles syndicales ne l’autorisent plus.

8.   Prévoyez des réserves de médicaments contre la nausée !

Croisière en voilier ou en catamaran

Une autre belle alternative pour sortir des sentiers battus est de faire une croisière en voilier/catamaran (transportant une dizaine de personnes ou moins). C’est mon plus grand coup de coeur ! Si vous le souhaitez, vous aurez l’opportunité de participer aux manoeuvres et de suivre une formation amenant à une certification. Un vrai sentiment de liberté ! Toutefois, il faut accepter de vivre pendant une ou deux semaines dans un endroit plutôt exigu.

Idées de voyage en voiliers/catamarans : les Bahamas, la côte Dalmate en Croatie, la Crète, les Îles Vierges britanniques, la Martinique, les îles de la Micronésie, la Nouvelle-Zélande et les îles turques.

Qu’attendez-vous pour prendre le large ?

Lisez plus de chroniques d'Ariane Arpin-Delorme en cliquant ici