Sections

Radicalisation de Martin Couture-Rouleau: Le coroner Dandavino critique envers l'Hôpital


Publié le 11 mai 2017

Dr André-H. Dandavino juge «questionnable» le travail de l'équipe externe de psychiatrie de l'Hôpital du Haut-Richelieu relativement à cet attentat.

©TC Media - Archives

Un an avant de commettre son attentat à Saint-Jean-sur-Richelieu, Martin Couture-Rouleau présentait déjà des signes alarmants de radicalisation, mais il n'a pas été pris en charge par la clinique externe de psychiatrie de l'Hôpital du Haut-Richelieu. Ce suivi est critiqué par le coroner qui a fait la lumière sur sa mort.

Martin Couture-Rouleau prétendait qu'il n'avait pas besoin d'aide.

Dans son rapport rendu public vendredi dernier, le Dr André-H. Dandavino juge «questionnable» le travail de l'équipe du département de psychiatrie de Saint-Jean-sur-Richelieu. Il ne reproche rien aux autres intervenants, notamment les policiers municipaux.

Tout patient délirant qui présente une lecture violente de la réalité devrait être vu en psychiatrie par un médecin psychiatre. Il est du devoir de la société de traiter les gens contre leur gré s'ils sont dangereux et de procéder à des ordres de cour pour un traitement obligatoire

Dr André-H. Dandavino, coroner

Vous pouvez lire l'intégral de cet article dans la dernière édition du Canada Français, en kiosque dès aujourd'hui!