Les usagers satisfaits du service d'autobus urbain

Saint-Jean-sur-Richelieu


Publié le 18 mars 2017

©TC Media - Archives

La presque totalité des usagers du service d'autobus urbain de Saint-Jean-sur-Richelieu est satisfaite des améliorations apportées au réseau en 2015, révèle un sondage téléphonique réalisé par la Ville. Cependant, une personne sur deux souhaiterait une fréquence accrue.

En août 2015, la Ville a procédé à une refonte du service d'autobus urbain. Les circuits, les horaires et la signalisation ont été revus. Dans le but d'évaluer si ces changements correspondaient bien aux attentes des usagers, la Ville a commandé un sondage téléphonique auprès de la population de Saint-Jean, explique Luc Côté, directeur du Service des transports et de la mobilité urbaine.

En plus de mesurer la satisfaction des usagers à l'égard des changements, la Ville souhaitait également savoir si les différents services de transport en commun (service local, interurbain, taxibus) sont connus de la population. Elle voulait aussi connaître les motifs de déplacement en autobus et identifier les améliorations à apporter.

L'enquête téléphonique a été réalisée l'automne dernier par la firme BIP Sondages auprès de 508 répondants. De ce nombre, 100 se sont identifiés comme usagers du service d'autobus urbain, précise M. Côté. La marge d'erreur globale est de 4,4% 19 fois sur 20 pour l'ensemble des répondants. Elle est respectivement de 5,3% pour les non-utilisateurs et de 8,5% pour les usagers.

Résultats

Malgré cette possibilité d'écart, les résultats sont pour le moins concluants. 96% des usagers sondés sont satisfaits ou très satisfaits des améliorations apportées au réseau local. Un citoyen sur deux a pris connaissance de ces changements. 94% de la population connaissent l'existence du service de transport interurbain et 93% celle du service urbain.

En outre, 22% des utilisateurs prévoient emprunter le service plus souvent. Une personne sur dix pense utiliser le réseau urbain au cours de la prochaine année. Le degré de satisfaction est supérieur à 90% tant pour les trajets que pour la propreté et le confort des véhicules, l'information aux voyageurs, la courtoisie, la conduite et la satisfaction générale.

Les horaires, la fréquence, la ponctualité et l'identification des lignes génèrent un taux de satisfaction variant entre 80 et 89%, selon le cas. Enfin, la clientèle est satisfaite de la tarification à 77%. Par ailleurs, une personne sur deux souhaite que l'offre de service soit augmentée. En fait, le principal point à améliorer est la fréquence de passage des autobus, note M. Côté.

D'emblée, il identifie trois pistes de solutions. L'idéal serait une hausse de fréquentation. La deuxième est d'augmenter le budget. Mais il est aussi possible de réduire le service dans les périodes de faible fréquentation pour l'accroître dans d'autres créneaux horaires. L'important est qu'une telle mesure accroisse l'achalandage.

Motifs

Le travail continue d'être le principal motif de déplacement tant dans le service urbain (38%) que dans le service interurbain (44%). Il faut préciser que les répondants devaient identifier les deux principaux motifs justifiant leur déplacement en autobus. Le total peut donc dépasser les 1005.

 Après le travail, c'est pour études que les usagers prennent l'autobus urbain dans une proportion de 29%. Sur la ligne 96 vers Montréal, ce motif représente 25% des déplacements. 28% des usagers du service local l'utilisent pour les loisirs alors que 30% le font sur le service interurbain. Enfin, le magasinage est une raison de déplacement pour 35% des usagers du service urbain et 23% du service interurbain.

La présidente du comité des transports, la conseillère Mélanie Dufresne, se réjouit des résultats du sondage. S'ils révèlent que la révision du service urbain est appréciée, elle note que le sondage laisse entrevoir une utilisation accrue du service de transport en commun.