Le lorax

Pascal
Pascal Cloutier
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Une bande dessinée qui plaira aux enfants

Moi qui n’apprécie pas plus qu'il le faut tout ce qui provient de l’univers du Dr Seuss, voilà que mes deux filles me demandent avec insistance de voir le nouveau dessin animé. Le Grinch et le Chat dans le chapeau proviennent d’univers qui ne me disent rien. Culture anglo-saxonne, américaine surtout, cet univers ne vient définitivement pas me chercher, mais les filles apprécient sans retenue. C’est le mystère Dr Seuss.

Je vous dirais que de l’univers du docteur prisé par les Américains, le Lorax, est celui qui a le plus excité la marmaille. La campagne publicitaire a su capter l’attention des petits. Le voisinage n’en disait que du bien et les filles me suppliaient d’aller le voir au cinéma. J’ai opté pour le louer dès sa sortie à mon club vidéo. Plus ou moins attentives au scénario, elles ont semblé être emballées par le film dans son ensemble.

Dans cette histoire qui flirte avec le fantastique, Ted, un jeune garçon dynamique et sympathique, veut impressionner Audrey, la plus belle fille de Thneed-Ville, une cité entièrement artificielle. Pour atteindre son but, il ne lui suffira que de se soustraire à la surveillance continuelle dans la localité et de rapporter un arbre dans les murs de la municipalité.

Les arbres n’existent pas à Thneed-Ville, mais certains se souviennent qu’il en poussait et qu’ils sont sûrement encore debout à l’extérieur des murs de la cité. Une fois à l’extérieur des murs, Ted rencontre un entrepreneur déchu. Un homme d’affaires qui lui raconte ses mésaventures et la raison pour laquelle il n’y a plus d’arbres à l’extérieur comme à l’intérieur de la ville. Il lui mentionne aussi l’existence d’une bien bizarre de créature qui se nomme le Lorax et qui n’a qu’une seule raison de vivre: protéger les arbres. Si Ted l’écoute attentivement, en guise de remerciement, l’homme d’affaires lui mentionnera comment mettre la main sur un arbre.

Le scénario m’a posé problème, j’avouerai que je n’ai peut-être pas été assez attentif, mais deux personnages se ressemblent assez pour mélanger les deux histoires qu’on nous raconte ici en même temps. Si les décors sont abstraits, si les personnages sont fantastiques, tout ça se tient mal dans un long-métrage de 86 minutes. Les enfants n’y verront que du feu et adopteront le Lorax sans hésitation.

Lieux géographiques: Thneed-Ville

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires